alimentation des seniors

15 juillet 20220
Sans-titre.png

L’alimentation, un rôle fondamental pour vieillir en bonne santé


Aujourd’hui, on a tous conscience qu’une alimentation déséquilibrée et un manque d’activité physique peuvent engendrer des problèmes de santé, tels que l’obésité ou le diabète.

Il est également admis qu’un bon équilibre pondéral permet de se prémunir de nombreuses maladies chroniques, notamment les problèmes cardio-vasculaires.

Bien manger et en quantité suffisante, est donc un vecteur de santé, et ceci d’autant plus quand on dépasse la soixantaine. Mais quelles sont les bonnes pratiques alimentaires liées au vieillissement ?



Les bénéfices d’une alimentation raisonnée, saine et locale

Les besoins nutritionnels ne diminuent pas forcément avec l’âge, ils se modifient en fonction des évolutions métaboliques et visent à pallier les ennuis fréquents liés au vieillissement comme l’ostéoporose, les troubles digestifs, le cholestérol et le diabète. Il est donc important d’adopter de bonnes pratiques pour fournir à l’organisme, les nutriments dont il a besoin.

Des principes de base nous sont fournis par l’ANSES pour les besoins nutritionnels indispensables à la personne âgée (1) .

L’appétit des seniors évolue dans le temps. En effet, passé 80 ans, on observe souvent un désintérêt, un manque de motivation de s’alimenter avec des plats suffisamment riches en calories et équilibrés. Il arrive que ce manque d’intérêt soit dû à des raisons physiologiques, plus que psychologiques. Lorsqu’on prend de l’âge, il y a une perte de sensibilité des récepteurs du goût.  Notre odorat et notre vue sont aussi affectés.

Afin de palier à cette perte de motivation, les aidants doivent faire attention à ce que leurs proches mangent suffisamment (en quantité) et équilibré (en qualité). Donnez-leur la motivation de rester en forme physiquement et mentalement.

Nos aînés ont quelquefois tendance à sauter un repas alors qu’il est recommandé d’en faire au moins trois par jour (petit-déjeuner, déjeuner, dîner) et de consommer des aliments variés :

  • 5 fruits et légumes,

  • privilégier les viandes blanches et les poissons gras (maintenir la masse musculaire),

  • les féculents (apportent de l’énergie)

  • les aliments riches en calcium (contre l’ostéoporose), et de penser à s’hydrater en buvant de l’eau, des tisanes, du café, des soupes…

Par contre, il est nécessaire de réduire certains éléments : le sel (le remplacer par des plantes aromatiques) qui favorise les maladies cardio-vasculaires/hypertension, et le sucre (diabète), que l’on trouve en quantité dans les plats industriels, les sauces trop grasses.

Et puis, il est important de privilégier les produits de saisons, locaux ou régionaux. En effet, consommer local, c’est s’alimenter avec des produits riches en nutriments nécessaires à nos besoins saisonniers (la vitamine C en hiver, l’hydratation en été), de plus ces aliments sont cueillis à maturité, ce qui nous assure de leur qualité et leur richesse en vitamines, minéraux et antioxydants qui protègent des agressions extérieures. C’est aussi éviter le coût écologique des transports et les emballages plastiques, de lutter contre les cultures intensives, et en cela, de participer à préserver notre santé et notre environnement, tout en participant au développement économique de notre région ; et si la qualité a un prix, les produits locaux ne sont pas toujours plus chers qu’en grandes surfaces.



L’apport énergétique de nos grands-parents doit privilégier les bons acides gras – les omégas 3, 6 et 9

Il est très important de ne pas exclure les matières grasses de l’alimentation, surtout à partir de 50 ans. Les lipides ont un rôle essentiel sur notre santé. Ils protègent notre système cardio-vasculaire, combattent le diabète, revitalisent notre peau et nos capacités cognitives (mémoire). Ces acides gras sont apportés par notre alimentation.

Nous trouvons des omégas 3 dans les poissons et les crustacés, dans les huiles (de lin, noix, colza) mais aussi le tarama, le persil, les maquereaux

Les omégas 6 (renforcent le système immunitaire) se trouvent dans la plupart des céréales, les fruits oléagineux (noix, pistache, …), huiles et matières grasses végétales (huile de noix, de tournesol, de maïs, de soja, de colza, margarine…).

Dans ces aliments, nous trouvons aussi les omégas 9, qui, s’ils sont produits naturellement par le corps, sont importants à introduire par notre alimentation pour couvrir nos besoins.

D’une manière générale, il est recommandé d’éviter la consommation des graisses transformées (frites, beignets…) qui sont trop riches en acides gras saturés et d’y préférer une cuisson au four avec un filet d’olive, tout comme il est nécessaire de limiter les graisses d’origine animale.

Et bien sûr, il faut également faire attention aux sucres rapides (sodas, fast-food, bonbons, alcool…) qui favorisent le diabète et l’obésité.

À tout âge, une bonne alimentation est une alimentation équilibrée, mais il n’est pas toujours simple de s’y retrouver pour consommer de manière raisonnée et de l’adapter à nos besoins.

Aujourd’hui, certaines mutuelles « senior » offrent des séances chez un nutritionniste pour faire un bilan en apportant des conseils sur les habitudes alimentaires, le tout sans oublier le plaisir de manger !





Faisons le point ensemble


Dietéticienne et micronutritionniste, j’accompagne de nombreux patients vers une alimentation saine et savoureuse. Discutons-en ensemble en consultation.

Hélène Kraus

Hélène Kraus, nutritionniste passionnée.


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoire *