Endométriose et alimentation

9 mars 20220
milada-vigerova-kT0tsYZ2YE0-unsplash-1280x1348.jpg

Comment soulager l’endométriose grâce à la nutrition ?


L’endométriose est une maladie fréquente qui touche 1 femme sur 10 en âge de procréer, soit environ 2 millions de femmes. Parmi ces femmes, 7 sur 10 souffrent de douleurs chroniques invalidantes. Sachant qu’il il faut en moyenne 7 ans pour être diagnostiquée (chiffres Endofrance).

Nous ne savons pas encore quelles sont les causes de l’endométriose et tous ses mécanismes n’ont pas été élucidés.

Des liens forts entre l’alimentation et les symptômes ressentis ont été démontrés par de nombreuses études. La nutrition et plus encore la micronutrition sera d’une aide précieuse pour soulager les douleurs d’endométriose.

Certains aliments sont à favoriser et d’autres à éviter: je vous dis tout.



Qu’est ce que l’endométriose?

L’endométriose est une maladie inflammatoire chronique sous dépendance hormonale et elle se caractérise par la présence de tissu provenant de l’endomètre en dehors de l’utérus. Ce tissu endométrial peut migrer sur les ovaires, les ligaments utérins, mais aussi dans des localisations plus éloignées de l’utérus comme les reins, la vessie, les intestins, le péritoine, le rectum…



Source: ARS



Quels sont les symptômes de l’endométriose?

Fort heureusement, elle est le plus souvent asymptomatique.

Chez certaines femmes, la maladie sera malheureusement symptomatique, provoquant des douleurs pelviennes fortes et cycliques.

La maladie peut s’accompagner d’infertilité (40% des cas).

En fonction des localisations du tissu endométrial, les symptômes peuvent varier: ballonnements, problèmes de transit, fatigue, difficultés à la miction ou envies d’uriner fréquentes.



Quelles sont les causes de l’endométriose et quels sont les traitements ?

A ce jour, les causes de la maladies ne sont pas totalement élucidées.

A date nous ne sommes pas sûrs des causes de la maladie, plusieurs pistes sont évoquées:

  • système immunitaire affaibli
  • impact de l’environnement
  • infection
  • mutation génétique et perturbations physiologiques diverses au niveau enzymatique et hormonal

L’une des pistes sérieuses nous montre que l’endométriose est liée à une altération du système immunitaire, couplée à des mécanismes liés aux récepteurs aux œstrogènes.

Les perturbateurs endocriniens pourraient également être en cause.

Il n’existe pas ce traitement curatif à date, mais on peut obtenir un soulagement des symptômes douloureux via un traitement hormonal qui arrête les règles. Parfois, un traitement chirurgical peut aussi être proposé. 

Le traitement médicamenteux, relativement efficace sur les symptômes, mais qui ne soigne pas je le rappelle,  n’est pas dénué d’effets secondaires liés à la ménopause artificielle ainsi créée. 



Pourquoi consulter une nutritionniste spécialisée en cas d’endométriose?

Etant donné qu’il s’agit d’une maladie inflammatoire chronique, sous dépendance oestrogénique, la prise en charge de l’inflammation est essentielle. Il faut également réduire le climat oestrogénique global, ce qui est possible grâce à la micronutrition, qui a ainsi toute sa place dans la prise en charge pluridisciplinaire de l’endométriose.

Pour en savoir plus sur la micronutrition, vous pouvez consulter mon article sur le sujet.

De plus, un accompagnement nutritionnel spécifique à l’endométriose va permettre d’améliorer l’état du microbiote, de la détoxification des oestrogènes, d’identifier les aliments inflammatoires, de réduire son exposition aux perturbateurs endocriniens et éventuellement de perdre du poids si besoin.

Nous pourrons être amenés à utiliser des composés de phytothérapie ciblés et efficaces sur les douleurs d’endométriose.

La piste de l’alimentation pour soulager les douleurs d’endométriose est extrêmement intéressante. Et oui, se pourrait-il que ce que nous mettons dans notre corps 3x/jour ait un impact sur notre santé et à fortiori sur la maladie? Cette piste donne du pouvoir aux femmes atteintes d’endométriose. Le pouvoir de faire quelquechose, de mettre en place des actions concrètes, de faire l choix de s’alimenter autrement, se réappropriant ainsi son corps 

Le choix et la qualité de nos aliments, nos sources d’approvisionnement, la façon de les cuisiner et de les associer, tout cela a un impact sur l’endométriose et son cortège de symptômes.

L’approche alimentaire ne prétend pas guérir la maladie, mais vise à une réduction significative des symptômes gênants. Ensemble reprenons le pouvoir 



Endométriose et alimentation








Quels sont les aliments à éviter quand on souffre d’endométriose?

  • Attention aux graisses animales en quantité excessives, tant pour leur caractère proinflammatoire que pour leur richesse potentielle en perturbateurs endocriniens. Faites particulièrement attention aux excès de viande rouge, de fromages, de charcuteries
  • Les aliments à index glycémique élevé sont à fuir: les céréales raffinées, le pain blanc, les céréales du petit-déjeuner…
  • Les aliments ultra-transformés: exit les produits avec une liste d’ingrédients longue comme le bras, attention notamment aux simili-carnés!
  • L‘excès calorique de manière générale est délétère, car il augmente le climat oestrogénique.
  • On entend souvent qu’il faut à tout prix éliminer gluten et produits laitiers: en fait c’est au cas par cas et c’est tout l’intérêt d’être accompagnée par un professionnel pour ne pas se restreindre inutilement.


Quels aliments manger quand on souffre d’endométriose?

Choisissez des “aliments pompiers”, aux propriétés anti inflammatoires
  • Les fruits et légumes en abondance
  • Les petits poissons gras, riches en omega 3 (harengs, maquereaux…)
  • Les huiles végétales riches en omega 3 (cameline, chanvre, colza…)
  • Les aliments à IG bas: céréales complètes plutôt que raffinées, légumineuses,
  • Les protéines végétales: légumineuses, quinoa…
  • Des aliments très riches en antioxydants: myrtilles, prunes, haricots rouge, tomate, curcuma, cannelle,betterave…
  • Les crucifères: tous les choux,  chou-fleur, brocolis, navets,  radis, roquette, si et seulement si notamment si vous ne présentez pas de troubles digestifs  avec fermentation excessive des aliments FODMAPS. Les crucifères vont permettre d’avoir une moindre imprégnation oestrogénique en favorisant la détoxification hépatique.
  • Enfin, adopter un régime méditérrannéen, riche en fruits et légumes, si possible d’origine biologique (pour limiter l’exposition aux perturbateurs endocriniens)
  • En ce qui concerne le pain, je conseille le pain 100% au levain, qui va permettre de prédigérer le gluten et de le rendre beaucoup plus intéressant nutritionnellement parlant. On peut éventuellement également opter pour du pain sans gluten. 


Est-ce que l’endométriose fait grossir?

Pas directement, mais cela peut être le cas quand les symptômes ressentis à cause de la maladie sont source de stress chronique. Ce stress vient notamment impacter notre biologie, nos métabolismes, le fonctionnement de notre thyroïde et notre sommeil. A cause de ces perturbations, il est possible de prendre du poids au cours de la maladie.

Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter mon article sur les liens entre le stress et la prise de poids.



Faisons le point ensemble


Diététicienne et micronutritionniste, spécialisée dans les troubles féminins, je me suis formée à l’accompagnement nutritionnel spécifique de l’endométriose.

En 2021, j’ai rejoint l’association Resendo, un réseau qui a pour but d’assurer une bonne prise en charge des patientes atteintes d’endométriose, par des professionnels de santé spécifiquement formés à cette pathologie.

Hélène Kraus

Hélène Kraus, nutritionniste passionnée.


Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié. Champs obligatoire *